VIOLA DA MANO, quatre choeurs. XVe siècle.

Au XVe siècle, le terme viola devient relativement polysémique, même s'il désigne globalement des instruments à cordes et à manche dont la caisse relève de celle de la vièle. La désignation italienne Viola da mano se rapporte au même instrument que son homologue espagnol plus connu sous le nom de vihuela da mano. Suivant le même parcours que la vihuela de arco, c'est lors de l'occupation espagnole en Italie que l'instrument est introduit dans la seconde moitié du XVe siècle, principalement à Rome et Naples. Directement issu de guiterne, le terme français guiterre, que l'on retrouve dans les livres de tablatures d'Adrien Leroy au XVIe siècle, nous permet de saisir un peu mieux les origines de cet instrument, que l'on nomme communément aujourd'hui "guitare Renaissance". Au XVe siècle, l'ancienne guiterne médiévale est prise dans la dynamique globale qui tend à accroître la taille, l'ambitus et le volume sonore des instruments. Elle se voit alors remplacée par un instrument dont la caisse plus ample est directement issue de celle adoptée par la vièle à archet à cette époque. Ovale et légèrement échancré, le corps de la viola et de la vihuela suit parfois les évolutions de la vièle qui commence à disparaître au profit des violes et des violons, dont les flancs sont nettement creusés par des échancrures marquées par quatre coins. Si elle conserve en France et en Espagne le cheviller de la vièle (chevilles frontales), elle adopte souvent en Italie le cheviller en faucille de la guiterne (et du rebec, que l'on retrouve sur les violes et les violons). Ainsi, si la vihuela espagnole peut être considérée comme une vièle à cordes pincées, la viola italienne n'est autre qu'une guiterne dont la caisse de résonance est celle d'une vièle italienne du XVe siècle. La guitare que l'on joue aujourd'hui est donc structurellement issue de la vièle du XVe siècle!

Avant d'adopter le procédé de construction du luth, par cintrage et collage, la viola était tout comme la vièle de facture monoxyle, c'est-à-dire que flancs de caisse et manche étaient chantournés et sculptés dans une pièce de bois massive, et les éclisses creusées. Ceci est attesté dans quelques rares documents iconographiques tels que la marqueterie du studiolo d'Isabella d'Este, (Montua, XVIe siècle), qui met particulièrement bien en évidence la relation entre viola da mano et viola d'arco.

La désignation "da mano" indique que les cordes de l'instrument  étaient pincées aux doigts, à partir de la fin du XVe siècle, où l'on confie au luth et à la viola l'exécution de pièces polyphoniques complexes. Mais entre son apparition et la fin du XVe siècle, la viola / vihuela était, tout comme le luth, jouée au plectre. De même que le luth, la viola était un instrument privilégié pour l'accompagnement du chant, comme en atteste la fresque de Luca Signorelli de la Cappella San Brizio.

En hommage au destin napolitain de la viola, la rosace a été empruntée au château angevin Maschio Angioino situé à Naples, datée du XVe siècle.

Corps monoxyle en noyer, table d'harmonie une pièce épicéa, fond sculpté une pièce noyer, touche, chevilles et chevalet poirier. Corde boyaux.

Accord proposé : Ré - Sol - Si - mi

 

 
 Atelier de Giovanni et Paolo Veneziano,  Incoronazione della Vergine , 1358

Atelier de Giovanni et Paolo Veneziano, Incoronazione della Vergine, 1358

LUTH quatre choeurs. XIVe siècle.

Le luth, lëut en vieux français, lautz en ancien occitan, emprunté à l'arabe al-ùd, est arrivé en Europe en même temps que la guiterne, aux alentours du XIIIe siècle par l'intermédiaire de la culture arabo-andalouse, où il était l'instrument de prédilection de la musique savante et de la poésie chantée. Ses premières représentations chrétiennes se trouvent dans le manuscrit des Cantigas de Santa Maria,  dans les mains de musiciens autant musulmans que chrétiens. Son succès assez spectaculaire ne s'arrêtera que six siècles plus tard au XVIIIe siècle, pour renaître aujourd'hui.  Avec l'introduction de l'archet et le développement des instruments mécaniques (claviers, orgue, organistrum...), le luth apporte une troisième grande révolution organologique : la construction par assemblage de pièces pliées à chaud et collées. C'est ce procédé, permettant de plus grands volumes de caisse et une reproductibilité plus facile, qui participera au développement d'instruments tels que les violes et la guitare aux prémices de la Renaissance. C'est également la culture arabe qui apporte l'usage des cordes doubles, usage qui se généralise sur les vièles et, jusqu'à la fin du Baroque, sur l'ensemble des instruments à cordes pincées.

Durant près de trois siècles, le luth médiéval est doté de trois ou quatre choeurs. Ce n'est qu'à la fin du XVe siècle que l'ajout d'un cinquième choeur se généralise, auquel ne cesseront de s'ajouter de nombreuses autres cordes les siècles suivants. Le jeu au plectre qui le caractérise favorise a priori le jeu monodique et le florissement mélodique, mais il n'empêche pas pour autant le jeu contrapuntique. Nous ne connaissons pas de musique spécifiquement dédiée au luth à plectre, car ce n'est qu'à la toute fin du XVe siècle qu'apparaissent les premières tablatures, à une époque où le jeu au doigt avait commencé à se répandre.

Côtes, manche, chevillier, chevilles, chevalet et touche en poirier, table une pièce épicéa.

Accord proposé : La - Ré - sol - do

 
 

GUITERNE. XIIIe - XVe siècles.

Puisant ses origines au Moyen Orient, la guiterne s'est diffusée en Europe au XIIIe siècle en même temps que le ùd, par les contacts avec la culture arabe. Sa première représentante se trouve dans le célèbre manuscrit des Cantigas de Santa Maria (XIIIe siècle). Jouée au plectre, la guiterne possède des cordes doubles et un chevillier en faucille aux chevilles latérales. Le corps et le chevillier sont sculptés dans une pièce de bois massive. 

- Guiterne Sirène 3 choeurs : d'après une miniature des Cantigas de Santa Maria. corps tilleul, table d'harmonie pin, touche noyer, chevilles poiriers.

- Guiterne Bélier : réalisée pour Christian Brassy et l'association Apemutam, d'après une sculpture de l'église de Caudebec, en Normandie. Corps monoxyle et touche noyer provençal, table d'harmonie tilleul, chevilles poirier.

- Guiterne Capricorne 4 choeurs : modèle XVe siècle naviforme. Corps monoxyle tilleul, table épicéa, touche sorbier, chevilles abricotier.

 

Cordes boyau

 

Accord proposé :

2 quintes (ex : A-e-b)

quarte et quinte (ex : A-d-a)

 
 Altar Relicario del Monasterio de Piedra (Zaragoza) - 1390

Altar Relicario del Monasterio de Piedra (Zaragoza) - 1390

Guiterne Monasterio de Piedra - 1390

Cette guiterne est représentée sur l'Altar Relicario del Monasterio de Piedra (Zaragoza, 1390). La morphologie de l'instrument, bien qu'appartenant au XIVe siècle, préfigure la ligne piriforme et ventrue qui se généralisera dans les guiternes du XVe siècle. Cette restitution respecte au plus près les éléments ornementaux du modèle peint, mise à part la tête sculptée car c'est une tête d'âne qui a été demandée. Le dos s'inspire de celui de la guiterne historique signée par Hans Ott (1450, Nuremberg, Eisenach, Wartburg).

Corps tilleul, table une seule pièce mélèze, roses sculptées dans la masse, incrustations bois, chevilles citronnier. Cordes boyau.

Accord proposé : Ré - La - ré - sol

 

 
 Cantigas de Santa Maria, cantiga 130, XIIIe siècle.

Cantigas de Santa Maria, cantiga 130, XIIIe siècle.

Guitare mauresque. XIIIe siècle.

En l'absence d'une dénomination historique, le nom de "guitare mauresque" ou "guitare sarrazine" a été donné au XXe siècle à ce luth tricorde à manche long. On le connaît principalement grâce à l'iconographie musicale du manuscrit des Cantigas de Santa Maria, où il adopte la caisse et le chevillier de la vièle ovale. La forme des ouïes n'est pas fixe, allant des demi-lunes à la rosace, et le chevillier peut être également en faucille. Il ne semble pas avoir été utilisé en dehors de l'aire culturelle arabo-andalouse. Ce type d'instrument est joué aujourd'hui en Asie Centrale, où il peut prendre le nom de rubab. Les reconstitutions actuelles sont souvent montées de cordes métalliques, mais il est très probable que ces luths possédaient des cordes de boyau.

Corps monoxyle merisier, table d'harmonie tilleul, touche acacia.

 

Psaltérion. XIIIe siècle.

Le psaltérion (du grec ψ α ́ λ λ ω « pincer, tirer ») est une cithare à cordes pincées au plectre, qui tire directement son nom du latin psalterium (psautier). D'origine non occidentale, il s'intègre naturellement dans l'instrumentarium européen où lyres et cithares étaient connues depuis l'antiquité romaine. Son nom est souvent utilisé au Moyen Âge à la place de lyre dans les traductions de la Bible. Cette double filiation biblique et antique lui permet d'occuper une place privilégiée dans l'échelle symbolique et hiérarchique des instruments de musique au Moyen Âge. De forme trapézoïdale dans l'art roman, il prend dès le XIIIe siècle sa forme de cloche renversée, qu'il garde jusqu'au XVIe siècle. Dans l'italie du XIVe siècle, où l'influence des arts de culture arabe est prégnante,  le psaltérion conserve une forme trapézoïdale proche du qanûn. Le nombre de cordes est variable mais elles sont toujours montées en choeurs doubles ou triples. Nous savons, d'après Aegidius de Zamora (XIIIe s.) que ses cordes étaient de laiton ou d'argent.

D'après une sculpture d'un des vingt-quatre vieillards de l'Apocalypse du portail sud de la Cathédrale de Chartres (XIIIe siècle).

Corps monoxyle cerisier, table d'harmonie une seule pièce peuplier, 15 doubles cordes laiton, chevilles métalliques.

Accord : diatonique de Do 3 à Si 4

 

 LUTH ROMAN. VIIe - XIIe siècles.

De petits luths tricordes étaient utilisés avant l'adoption en Europe du ùd arabo-andalou au XIIIe. Présents dès le haut Moyen Âge, à l'époque carolingienne, ils sont vraisemblablement d'origine moyenne-orientale.  On ne connaît ni le nom d'usage à l'époque ni l'accord. J'ai construit mes premières restitutions de luths romans en 1998 et j'avais proposé en 2005 le nom de kitara, mais l'usage de ce terme latin générique attaché aux cordophones n'est pas historiquement attesté pour le luth en particulier. 

Ces instruments sont monoxyles, c'est-à-dire creusés dans une pièce de bois massive. Le chevillier est souvent en losange et les chevilles toujours frontales. Les cordes de boyau sont souvent pincées au plectre. L'iconographie peinte en deux dimensions ne permet pas de déterminer avec certitude si le dos de l'instrument est bombé ou semi-bombé, et laisse donc la place à différentes interprétations.

 

- Luth roman érable : corps monoxyle érable, table épicéa, touche et chevilles prunier, chevalet os. Réalisé en 2005.

- Luth roman griffon : corps monoxyle merisier, table pin, touche monoxyle, cordier os, chevilles poirier, incrustations os

- Luth roman lion : corps monoxyle merisier, table pin, touche et cordier noyer, chevilles poirier, chevalet os.

 

Cordes de boyau naturel réalisées dans l'atelier selon un procédé historique.

Accord proposé : quarte et quinte (ex : A-d-a)

 

Lyre. VIe - XIIIe siècle

Diffusée lors de la présence romaine, la lyre était avec la cithare le principal instrument à cordes utilisé pendant le haut Moyen Âge avant l'arrivée des luths vers le VIIIe siècle puis des vièles au Xe siècle. Sa pratique a perduré plus longtemps dans le nord de l'Europe, si bien qu'on la rencontre dans l'iconographie germanique jusqu'au XIIIe siècle et qu'on l'appelle aujourd'hui "lyre anlgo-saxonne". Plusieurs exemplaires du Haut Moyen Âge ont été retrouvés, dont la lyre de Trossingen (Allemagne, VIe s.) est le plus complet. En continuité avec la tradition antique, les six cordes de boyaux, qui forment un hexacorde, peuvent être pincées au doigt ou au plectre. Dans ce dernier cas, le plectre gratte toutes les cordes, laissant résonner celle que les cinq doigts de la main n'étouffent pas.

D'après l'exemplaire de Trossigen (VIe s.) : corps monoxyle et table d'harmonie noyer provençal (originalement : érable), cheville poirier, chevalet saule, cordier os.

Accord : ton - ton - demi-ton - ton - ton - ton (d'après Hucbald de St. Amand, De Harmonica Institutione (vers 880).